Michel Lanne, le bouquetin des Aravis

Communauté
23/04/2020
1 like 1 share

Performer sérieusement sans se prendre au sérieux ? Cela pourrait résumer en peu de mots le bonhomme. Difficile de ne pas apprécier ce bon vivant qui a su concilier sa passion de la montagne avec le trail running et un certain art de vivre à la française. Lorsqu’il n’est pas en train de skier ou de crapahuter à droite à gauche dans les Aravis, le gendarme secouriste du PGHM d’Annecy remporte de belles classiques, comme lors de ses deux victoires magiques sur la CCC® et la TDS®.

Portrait d’un amoureux de la montagne au capital sympathie aussi gros qu'un double cheese.

Palmarès :

  • Victoire sur la CCC® 2016
  • Victoire sur la TDS® 2017
  • Victoire sur la Maxi-Race 2019
 

 

- As-tu débuté une activité physique inédite durant cette période de confinement ?

Alors oui, j’ai ressorti ma vieille console Wii ! C’est dire si c’est la catastrophe !!

 

- Y a-t-il quelque chose que le grand public ignore de toi ?

Pour compléter la question du dessus, en fait je n’ai rien fait d’autre que traîner de mon canapé à mon lit, en passant quelques fois par la terrasse...
Parce qu’en fait, malgré toutes mes précautions, j’ai chopé le Covid-19... du coup, ces derniers jours, j’étais plutôt dans la gestion du non-effort ! (Interview datant du 21 mars).

 

- Ta meilleure astuce en cas de « coup de moins bien » durant une course ?

Je me mets à penser au moment où je vais dégommer un burger et une bière juste après l’arrivée ! Et je pense à quelques moments super cools et marrants, pour garder le moral !

 

- La pire chose à faire la veille d’une course ?

Je crois que j’ai tout essayé... ! Donc difficile à dire ! J’ai déjà fait la teuf, bouffé au Mac Do, passé la nuit en secours au boulot, fait un repas de communion.... bref, à chaque fois que c'est la cata la veille, c’est pas si mal le lendemain !

 

- Quel est ton plat préféré ? Ta pornfood préférée ?

J’ai un gros faible pour les gros burgers qui dégoulinent ! C’est mon point faible, ou ma force plutôt ! Ça chasse les coups de mou pendant les courses !

 

- Ton groupe préféré et la chanson que tu écoutes en cachette ?

J’écoute de tout, mais j’aime bien la musique classique.... non je déconne ! Moi c’est plutôt lounge électro !

 

- Une passion/hobby qui n’a aucun rapport avec le trail running ?

Je fais du pliage de serviettes en papier et j’en fais des écureuils ou des cygnes ! Non, c’est pas vrai !
Mais par contre j’adore travailler le bois, faire mes meubles, mes lits, la déco de chez moi ! J’adore bricoler, c’est génial ça !

 

- Y a-t-il un athlète élite de trail running qui t’inspire dans ta pratique ?

Absolument pas ! Je n’en connais aucun d’ailleurs !
Oui, bien-sûr, il y en a plein ! Mais François D’Haene reste ma meilleure inspiration ! Humainement et sportivement, il m’apporte beaucoup et m’a toujours tiré vers le haut.

 

- Quel est le plus beau souvenir de ta carrière ?

Sans hésitation ma victoire à la CCC® 2016 ! J’étais en forme, mais je ne m’étais jamais autorisé à rêver de gagner une course de l’UTMB® ! Et j’ai vécu les plus belles émotions qu’un coureur puisse rêver de vivre tout au long de la course, avec le public présent, et surtout sur la ligne d’arrivée...
Et j’ai même eu la chance de revivre les mêmes émotions l’année suivante en gagnant la TDS® !

 

- Un aspect atypique de ta personnalité ?

Je suis constamment, tout le temps, à la bourre... Sauf dans mon boulot, pour partir en secours ! Heureusement, le direz-vous !

 

- Un rituel particulier avant une course ?

Essayer de ne pas rater le départ... c’est le plus important, non ? J’ai déjà raté 3 fois le départ d’un trail ! Bon, à chaque fois je m’en suis bien sorti, mais c’est la honte quand tu te retrouves seul sur la ligne de départ, à courir après tout le peloton !

 

- Quels kilométrage, nombre d’heures, D+ as-tu effectué pour préparer ta dernière course de l’UTMB® (sur les 30 derniers jours) ?

Difficile à dire, je ne suis pas un grand mathématicien de l’entraînement. Et puis avec mon boulot, c’est on/off ! Soit je bosse et je ne peux pas courir, soit je ne bosse pas et là je cours beaucoup ! On va dire une moyenne de 15h/8.000m+ par semaine. Et puis 20h/10.000m+ sur quelques rares semaines !


Vous pourriez aussi aimer